les expositions — 2023

Robert Filliou, Là où tout a commencé, cela commence à nouveau

Du 3 février au 22 avril

Robert Filliou Daniel Spoerri Joachim Pfeufer Emmett Williams George Brecht Dieter Roth Dorothy Iannone Marcel Broodthaers Ruth Wolf-Rehfeldt Joseph Beuys Jacqueline de Jong Ben Vautier

Artistes : Robert Filliou, Daniel Spoerri, Joachim Pfeufer, Dorothy Iannone, Emmett Williams, George Brecht, Dorothy Iannone, Dieter Roth, Marcel Broodthaers, Ruth Wolf Rehfeldt, Jacqueline de Jong, Joseph Beuys, Ben Vautier ainsi qu’une sélection d’artistes contemporains.

Une publication est éditée pour l’occasion.

Là où tout a commencé, cela commence à nouveau ; Cette phrase de Robert Filliou qu’il prononça lors d’un entretien avec Louvrien Wijers parle ici des Eyzies en Dordogne, à quelques kilomètres des grottes de Lascaux. Ce berceau du monde comme le nomma Georges Bataille fut aussi la dernière demeure de l’ami Robert Filliou.
Dans une lettre envoyée depuis Santa Monica, le 7 septembre 1949, il écrit :
« Du point de vue humain j’ai développé une grande tolérance, avec un genre d’« amour » pour tous mes semblables qui comme moi se débattent sans espoir, misérables et refoulés, sur le fond de tragédie humaine car, selon une de mes expressions favorites, ils ont non seulement perdu le royaume de Dieu, mais aussi vendu leur âme au Diable... ».

Faire preuve de tolérance aujourd’hui « avec un genre amour » comme Filliou l’écrit est une proposition qui ici résonne encore aujourd’hui. Plus loin il écrit : « les lectures approfondies (BERGSON, Le Comte de NOUY...) me font percevoir que l’idéale conduite humaine est celle basée sur les préceptes de l’Évangile, raisonnée avec la plus récente psycho-analyse ».

Fin lecteur de Dostoïevski, Céline, Nietzsche, ou encore Bergson, mais aussi de Freud, Filliou lui considérait que l’art devrait avoir le même effet que le sommeil, celui de nous rendre égaux. Avec cette exposition nous proposons d’oublier toute forme d’arrivisme, toute forme de vanité, d’oublier la morosité ambiante et d’essayer de prolonger une part de notre enfance, de garder une part d’innocence, d’insouciance.
Cette exposition présente plus d’une vingtaine de pièces unique et originale de Robert Filliou ainsi qu’un grand nombre de livre d’artiste, multiples, photographies, affiches, mais aussi des lettres, et des dessins d’enfance. Dans une lettre à Roger Tabanou en 1946 : « mes yeux sont pleins de larmes d’affection cachant cette lueur qui faisait dire à mes professeurs :" FILLIOU, pourquoi paraissez-vous aussi abruti ? "J’ai depuis mon plus jeune âge trouvé cette question indiscrète ».
L’exposition présente une sélection d’œuvres de Robert Filliou mais aussi de ses amis artistes, Daniel Spoerri, Joachim Pfeufer, Emmett Williams, George Brecht, Dieter Roth, Dorothy Iannone, Jacqueline de Jong, Ben Vautier, Marcel Broodthaers, Ruth Wolf Rehfeldt, Joseph Beuys, ainsi qu’une sélection d’artistes contemporains.

L’œuvre de Robert Filliou est comme un puzzle fait d’une multitude de pièces dont nous ne pouvons jamais voir l’ensemble. Elle forme un tout définitivement invisible dans son ensemble. Un tout fait d’œuvres, de livres, d’objets mais aussi d’amitiés, de jeux, de rencontre, de voyages. Car chaque exposition de Filliou est une aventure, un voyage, c’est ce voyage que nous vous proposons.