les expositions — 2000

Rêves reconstitués

Du 6 juin au 6 juil.

Immanence, Paris

Edouard Levé

Cette exposition est la troisième exposition d’Immanence, après l’exposition d’ouverture et l’exposition personnelle de Régine Kolle, Immanence propose la première exposition personnelle d’un jeune artiste Edouard Levé.
Y sont présenté six photographies de la série des “ rêves reconstitués”.
Edouard Levé choisit certains de ses rêves et les reconstitue photographiquement avec les personnes réelles et les objets qui y sont apparus, en tentant de coller au plus prés du souvenir qui lui en reste ( action, couleur, lumière, cadrage, décors).
Ces mises en scène font rejouer aux modèles des moments qu’ils n’ont vécu que virtuellement dans le sommeil du photographe. Ils deviennent ainsi es doubles d’eux-mêmes, acteurs de leurs propres rôles.
Cette série s’inscrit dans l’esprit du travail du double entamée par Édouard Levé depuis 1998.
La série précédente “ portraits d’homonyme” présentait les visages des homonymes d’artistes et d’écrivains ayant influence l’artiste à un moment de sa vie.

Le texte ci-dessus est celui du communiqué de presse de l’époque. Aujourd’hui, dix neuf ans après le vernissage et surtout après la disparition de celui qui est devenu un ami, comment abordons nous cette exposition ?
Rêves reconstitués à Immanence est la première exposition personnelle d’Édouard Levé où il utilise seul, la photographie. Avant Édouard peignait des tableaux selon un protocole bien précis, nous pouvons voir un de ses tableaux dans une des photographies. un tableau rond et rose qu’Édouard lui-même pointe du doigt à Camille Saint-Jacques.